Jakob GUTKNECHT - La pillule amère
© Site officiel pour la prise de contrôle de l’économie financée par les royalties FERRAYÉ - 2018
Worldcorruption.info
Dans son livre de 42 pages, Gerhard ULRICH fait la lumière sur le régime de l’oligarchie occulte de la franc-maçonnerie et  de ses clubs de services (Rotary, Lions Club, Kiwanis, etc.),  qui  dirigent le système judicaire actuel et les pouvoirs politiques. Le citoyen qui passe à la moulinette de la machine judiciaire bien huilée, ressent instinctivement qu’il est Victime d’un complot. Mais il est incapable de le prouver, car le système cultive soigneusement la non transparence. Si une telle personne invoque l’aide des politiciens, on se débarrasse d’elle sous prétexte du dogme  de la séparation des pouvoirs. Les dogmes ont toujours servi à asservir les peuples. L’auteur du livre observe depuis 16 ans le dysfonctionnement judiciaire, archivant systématiquement les résultats dans sa base de données, devenue volumineuse. A l’opposé d’autres critiques du régime, il s’est montré jusqu’à présent prudent concernant ses attaques au sujet de la Franc-maçonnerie. Il était conscient que ses connaissances de ce qui se passe dans nos prétoires, étaient assez modestes. Cependant, la persévérance et un travail continu lui permettent aujourd’hui de rejoindre la position de Marc-Etienne BURDET sur le sujet Dans le cas du paysan vaudois Jakob GUTKNECHT, il est démontré comment un innocent fut démoli pour faire profiter un voisin Franc-Maçon, qui encaissa CHF 2 mio d’indemnités d’assurances, et comment cette oligarchie occulte manipule le peuple suisse en ayant mis sur pied un système de censure d’une amplitude et d’une sophistication inégalées dans le monde, pour étouffer les affaires de corruption au profit des illuminés. Le comble de cette situation provient du fait que les Suisses ignorent qu’ils sont censurés et les journalistes mis au courant se font complices, de peur de perdre leurs emplois. Pour les Victimes judiciaires, il est peine perdue de vouloir prouver à leurs bourreaux qu’elles sont dans leur bon droit... C’est seulement en démontrant à l’Opinion publique que les magistrats détracteurs sont indignes et ne sont pas légitimés à exercer leurs fonctions que les choses changeront ! Nous lançons un APPEL AU PEUPLE POUR METTRE FIN À CETTE TYRANNIE !
Complot Maçonnique avec la complicité de l’Etat, au service du « Frère » Claude BUDRY Index D énonciation de l’inspecteur de la Sûreté VD Daniel KOLLY et de ses complices pour abus de pouvoir en bande organisée L’i n cendie de Nonfoux VD du 31.08.2002 L e s incohérences du dossier judiciaire 1.  Les conneries avancées par KOLLY 2.  Les tricheries de KOLLY deviennent des vérités procédurales Le s complices de KOLLY L’e mprise de la franc-maçonnerie en général et dans le cas d’espèce en particulier 1.  Mes contacts avec les francs-maçons 2.  Le tournant: l’analyse de l’affaire scandaleuse de Jakob          GUTKNECHT   3.  Omertà helvetica 4.  La complicité des politiciens L e  crime crapuleux couvert par les francs-maçons C o mment venir à bout des pouvoirs occultes V. L’emprise de la franc-maçonnerie en général et dans le cas d’espèce en particulier Mes contacts avec les Francs-Maçons Certains    critiques    de    la    tyrannie    judiciaire    expliquent    les    dysfonctionnements    de l’appareil    judiciaire    depuis    longtemps,    exclusivement    par    l’influence    de    la    Franc Maçonnerie.    Personnellement,    j’ai    conservé    longtemps    une    appréciation    plus nuancée   bien   qu’il   soit   historiquement   prouvé   que   tous   les   Vaudois   qui   ont   accédé   au Conseil   fédéral,   jusqu’à   Jean-Pascal   DELAMURAZ,   ont   pu   le   faire   grâce   à   leur appartenance   aux   Francs-Maçons.   Ceci   s’applique   très   probablement   aux   autres postes clés de l’Etat, comme celui de Procureur général. En   1990,   l’un   de   mes   amis   voulait   me   recruter   pour   sa   loge.   D’un   côté,   je   me   sentais flatté,   mais   de   l’autre,   j’étais   sceptique.   J’ai   d’abord   voulu   en   savoir   plus   ;   j’ai   été invité   à   participer   à   une   conférence   ouverte   des   Francs-Maçons,   à   leur   loge   de Beaulieu   à   Lausanne.   Un   ancien   Garde   des   Sceaux   français   tint   un   discours   sur   la peine    capitale.    Mon    ami    ne    cessait    de    m’expliquer    la    composition    de    cette assemblée.   Parmi   les   gens   présents,   il   y   avait   beaucoup   de   juges   et   d’avocats.   Leur arrogance   apparente,   lors   des   débats   animés   qui   s’ensuivirent,   ma   dégoûté.   On   n’y sentait   rien   qui   puisse   s’apparenter   à   un   dévouement   pour   l’idéal   de   la   justice ou   pour   le   bien   public.   Je   ne   suis   donc   pas   devenu   Franc-Maçon,   mais   je   sais   avec certitude   que   beaucoup   d’hommes   de   loi   vaudois   appartiennent   à   cette   association secrète. L’arrogance   des   Francs-Maçons   reflète   leur   conviction   d’appartenir   à   l’élite   de   la société, d’être des illuminés. Malgré   tout,   je   n’ai   pas   eu   de   preuve   que   la   Franc-Maçonnerie   ait   joué   un   rôle déterminant   dans   une   affaire   donnée.   On   peut   supposer   que   des   Francs-Maçons aient   été   protégés   par   les   leurs,   par   exemple   dans   l’affaire   de   François   LÉGERET (L’affaire   LÉGERET    –   Un   assassin   imaginaire.   Jacques   SECRETAN,   éditions   Mon Village   2016) ,   dans   celle   du   chirurgien   Gaston-François   MAILLARD    et   peut-être même   dans   celle   de   Skander   VOGT.   Mais   je   n’ai   pas   pu   le   prouver   concrètement. Cependant,    les    Francs-Maçons    eux-mêmes    entretiennent    en    permanence    les soupçons, par leur comportement cachottier. J’ai   aussi   connu   des   Francs-Maçons   devenus   victimes   judiciaires.   Les   choses   ne   me semblaient   donc   pas   si   simples.   Il   existe   d’autres   réseaux   de   copinage,   comme   par exemple   les   officiers   de   l’armée   suisse   ou   les   Zofingiens ,   ou   tout   simplement   le corporatisme entre juristes,  avides de dominer la société en tyrans. 2.  Le tournant dans mes convictions aura été l’analyse de l’affaire      scandaleuse de Jakob GUTKNECHT. Longtemps,   j’ai   maintenu   l’idée   selon   laquelle   le   80   %   du   dysfonctionnement   judicaire était   dû   à   la   sottise   et   que   la   corruption   était   exceptionnelle.   Dans   mon   livre   «   L’album de   la   honte   »,   terminé   le   30   août   2016,   j’ai   évité   l’emploi   du   terme   complot,   indiquant que dans le canton de Vaud il s’agissait plutôt de copinage généralisé. Il   faut   toujours   tenir   compte   du   fait   que   mes   connaissances   de   ce   qui   se   passe   «   en Justice   »   sont   très   limitées.   Objectivement,   je   ne   connais   que   la   pointe   de   la   pointe de   l’iceberg.   C’est   la   persévérance,   en   ayant   systématiquement   noté   toutes   mes observations    depuis    16    ans,    qui    m’amène    aujourd’hui    à    présenter    une    nouvelle appréciation   de   la   situation   du   régime   en   place.   En   fait,   si   j’ai   longtemps   évité   le   mot complot,   j’ai   par   contre   souvent   parlé   de   complices.   Or,   s’il   y   a   des   complices,   il   y   a forcément complot. Ci-dessous   je   vais   convaincre   le   Lecteur   que   nous   sommes   vraiment   victimes de  la dictature d’une oligarchie occulte. L’affaire    de    l’incendie    du    hameau    de    Nonfoux    dans    la    commune    vaudoise d’Essertines-sur-Yverdon   le   31   août   2002,   porte   sans   aucun   doute   les   traits   d’un complot    maçonnique     :    l’un    des    leurs,    Claude    BUDRY     né    en    1936,    a    été bénéficiaire     d’un     crime     crapuleux     sur     le     dos     d’un     simple     paysan,     Jakob GUTKNECHT, né en 1946. Le   fait   que   le   quatuor   FIAUX ,   Daniel   KOLLY ,   Christian   BUFFAT    et   Eric   ECKERT   ait   osé   concocter   ce   crime   judiciaire   aux   dépens   de   GUTKNECHT,   dans   une   affaire où    son    innocence    coule    de    source,    démontre    que    ces    individus    se    sentent protégés    par    les    instances    supérieures.     En    l’occurrence,    la    preuve    en    a    été
BernLeaks
Gerhard ULRICH
Téléchargement « La pillule amère  pour les Francs-Maçons »
I
II III IV V VI VII
apportée jusqu’au niveau de la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Les   tricheurs   de   longue   date,   FIAUX   et   KOLLY ,   ont   été   protégés   à   tour   de   rôle   par   les   Commandants   de   la Gendarmerie   vaudoise,   Eric   LEHMANN   (parti   à   la   retraite   anticipée   en   2009)   et   Jacques   ANTENEN   (le   patron actuel).   Le   premier   est   un   franc   maçon   genevois,   et   Jacques   ANTENEN    a   été   pistonné   par   le   Procureur général   Eric   COTTIER    et   la   Conseillère   d’Etat   Jacqueline   DE   QUATTRO.   Ces   deux   personnages   sont   des Francs-Maçons présumés ; leur protégé ANTENEN l’est donc probablement aussi. Autour   du   Franc-Maçon   Claude   BUDRY ,   toute   une   trimballée   d’autres   Francs   Maçons   sont   en   orbite   :   Quand   il   a fait    marcher    l’assurance    responsabilité    de    Jakob    GUTKNECHT    –    la    Zurich    assurances     ( voir    dossier SCHNEIDER ) ,      l’expert   choisi   pour   déterminer   si   ces   velléités   étaient   bien   fondées,   était   l’architecte   et   “Frère” Franc-Maçon   Jean-Marc   LÉGERET   de   Vevey.   En   passant,   c’est   ce   même   LÉGERET   qui   a   délivré   la   fausse attestation,   selon   laquelle   BUDRY   aurait   reconstruit   un   objet   équivalant   (que   le   Président   de   l’ECA   Georges BURDET,    lui    même    paysan    à    Ursins    VD    -    commune    voisine    -    n’a    jamais    contesté).    2006-07-11    Zurich Assurances . C’est    FAUX .    Avant    l’incendie,    BUDRY    possédait    une    vielle    ferme    avec    u n appartement.    Ce    qu’il    a    construit    avec    les    indemnités    d’assurances    escroquées ressemble   plutôt   à   un   château,    contenant   3   appartements.    Il   faut   aussi   savoir,   que son   habitation   n’avait   pas   été   détruite   par   les   flammes ,   que   c’était   seulement   le cas   de   son   grenier...   Elle   avait   été   séchée   après   l’intervention   des   p ompiers,   et   aurait été habitable. BUDRY a réussi par astuce à faire tout de même raser le tout. BUDRY   s’est   ainsi   fait   construire   avec   les   indemnités   versées   par   l’ECA,   non   pas   un   bien   immobilier   équivalent   à l’objet   détruit,   mais   carrément   un   château,   contenant   3   appartements,   le   tout   conçu   par   l’architecte   et   “Frère” Franc-Maçon Christian FERRARI de Vevey. C’est   le   directeur   de   l’association   paysanne   vaudoise   Prometerre,   Daniel   GAY    (Franc-Maçon   présumé),   qui   a recommandé   à   GUTKNECHT   pour   sa   défense,   le   choix   fatal   de   l’avocat   Franc-Maçon   Paul   MARVILLE    qui   a vendu   son   client   d’avance.   Pour   préparer   le   procès    du   5   mars   2004,   qui   allait   bouleverser   le   destin   de   son client,   il   n’a   eu   qu’un   seul   entretien,   fort   court,    avec   GUTKNECHT.   Les   dés   étaient   pipés   et   les   accords   entre “Frères” convenus par avance... A    l’époque,    l’agriculteur    Georges    BURDET     d’URSINS    VD    –    un    Franc-Maçon    –    (presque    un    voisin    de GUTKNECHT   comme   on   vient   de   le   voir)   siégeait   aussi   au   Conseil   d’administration   de   la   Banque   Cantonale Vaudoise   et   présidait   le   conseil   d’administration   de   l’assurance   incendie   de   l’Etat   de   Vaud,   l’ECA.   Il   serait étonnant,   outre   sa   complésance   dans   l’indemnisation   versée   par   l’ECA,   que   l’innocence   de   GUTKNECHT   ait   pu lui   échappr,   mais   en   tout   cas,   il   n’a   strictement   rien   entrepris   pour   prévenir   l’amputation   des   indemnités   de   l’ECA aux dépens de son confrère paysan. Dans   ce   complot   nous   retrouvons   quinze   «   juges   »   cantonaux   vaudois.   Mes   connaissances   actuelles   me permettent   de   désigner   seulement   4   d’entre   eux   comme   «   Francs-Maçons   présumés   ».   Il   s’agit   de   François JOMINI     (Vénérable    de    la    loge   Alpina) ,    Bertrand    SAUTEREL ,    Pierre-Henri    WINZAP     et    du    président    du Tribunal cantonal, Jean-François MEYLAN . Cependant,   je   puis   affirmer   que   13   de   ces   15   «   juges   »   cantonaux   ont   couvert   la   corruption   dans   d’autres affaires.   Il   s’agit   de   François   JOMINI ,    Blaise   BATTISTOLO ,   Jean-Luc   COLOMBINI ,   Laurent   DE   M ESTRAL , Bernard    ABRECHT ,    François    DE    MONTMOLLIN ,    Jean-François    MEYLAN ,    Joël    KRIEGER ,    Bertrand SAUTEREL , Pierre HACK , Fabienne BYRDE , Pierre-Henri WINZAP  et Philippe COLELOUGH . En   l’espèce,   «   seulement   »   3   «   juges   »   fédéraux   ont   soutenu   cette   affaire   de   corruption.   Il   s’agit   de   :   Hans MATHYS ,   Laura   JACQUEMOUD-ROSSARI    et   Christian   DENYS .   Certes,   jusqu’à   présent,   je   les   ai   classés   dans la   catégorie   des   «   idiots   utiles   »   au   Tribunal   fédéral,   voire   d’être   des   magistrats   démentiels.   Hélas,   tous   les   trois ont couvert d’autres affaires de corruption. Ici,   je   reviens   sur   le   scandale   du   «   juge   »   fédéral   corrompu   et   escroc   Roland   Max   SCHNEIDER .   C’est   le   seul juge   suisse,   dont   on   peut   prouver   la   corruption   par   pièces.   Tous   les   «   juges   »   fédéraux   ont   été   avertis   de   ce fait. Aucun   n’a   lâché   SCHNEIDER.   La   chambre   noire   de   la   nation    (le   triangle   Office   des   juges   d’instruction fédéraux,   Ministère   public   et   Tribunal   pénal   fédéral)   a   préféré   couvrir   ce   criminel,   ainsi   que   le   Procureur général   de   la   Confédération   Michael   LAUBER .   Voir   ma   lettre   du   3   juin   2016    restée   sans   réponse.   LAUBER n’a pas réagi non plus au courrier de Johann GUTKNECHT, frère de Jakob. 2016-08-27 Gutknecht Lauber . L’inertie   des   instances   judiciaires   fédérales   n’a   qu’une   cause   possible:   l’oligarchie   occulte   a   ordonné   la   chape   de plomb    sur   certaines   affaires,   comme   celle   de   Jakob   GUTKNECHT   et   celle   concernant   la   vénalité   du   «juge» fédéral Schneider Omertà helvetica Un   initié   a   fait   savoir   que   le   scandale   dont   Jakob   GUTKNECHT   est   victime,   occupe   depuis   des   années   les débats   des   Francs-Maçons   vaudois,   alors   que   par   contraste,   ce   sujet   n’est   pas   vraiment   l’objet   des médias…   A   part   deux   articles   dans   Vigousse   des   22   juin   2012   et   12   septembre   2014 ,    ce   scandale   n’a   été rapporté   par   aucun   journaliste   de   ce   pays.   Cela   ne   surprend   pas   les   milliers   de   victimes   judicaires   suisses   qui   ont fait la même expérience : les médias ont refusé de parler de leur vécu. Ce   phénomène   aussi   n’a   qu’une   explication   :   une   oligarchie   occulte   extrêmement   puissante   ordonne   cette omertà   helvetica.   Ma   lettre   au   censeur   suprême   de   la   Radio/Télévision   étatique   suisse,   Roger   DE   WECK   du   05 septembre   2016    démontre   que   cette   censure   est   voulue   entre   autre   aussi   par   les   parlementaires   fédéraux.   Les    journalistes,    ne    voulant    pas    risquer    leur    emploi,    se    soumettent    à    l’autocensure.    Pour    préserver    les apparences,   ils   prétendent   que   ces   affaires   seraient   trop   complexes,   pas   actuelles,   etc.   Ils   ne   peuvent   tout   de même pas admettre qu’ils la bouclent par couardise. Le   tout   est   bétonné   par   la   censure   du   Web.   Depuis   longtemps,   le   «   procureur   »   VD   Yves   NICOLET    (promu   au poste   de   «   procureur   »   fédéral)   a   censuré   les   sites    Internet   de   Marc-Etienne   BURDET   et   de   Gerhard   ULRICH par   des   ordonnances   illicites   secrètes,   soutenu   dans   ses   efforts   par   les   juges   cantonaux,   le   Procureur   général VD   Eric   COTTIER    et   par   les   «   juges   »   fédéraux,   eux   aussi   intéressés   à   étouffer   les   critiques   à   leur   égard.   Depuis le   5   octobre   2016,   le   successeur   de   NICOLET,   Stéphane   COLETTA    exerce   cette   censure   illégale   par   une ordonnance   enfin   envoyée   aux   parties   et   contre   laquelle   des   oppositions   ont   été   déposées.   Elle   n’est   donc   pas entrée en force à début novembre 2016, pourtant SWISSCOM l’applique déjà. J’ai dévoilé cette censure, son mécanisme et son ampleur à 200 journalistes. Aucun écho dans les médias ! Nous   détenons   les   preuves   que   le   peuple   suisse   est   censuré,   donc   manipulé   durablement   et   efficacement   par une   oligarchie   occulte   à   un   degré   qui   doit   faire   envie   au   dictateur   de   la   Corée   du   nord   Kim   JONG-UN.   Le   comble de   la   réussite   de   cette   censure   réside   dans   le   fait   que   les   habitants   de   ce   pays   ignorent   béatement   qu’ils   sont censurés. Ils n’imaginent même pas une telle situation… L’oligarchie   occulte,   c’est-à-dire   la   Franc-Maçonnerie   et   ses   Clubs   de   services   affiliés,   ont   besoin   d’éviter toute transparence pour conserver leur pouvoir. La complicité des politiciens Nous   avons   vu   plus   haut   que   le   Président   du   Conseil   d’Etat   VD,   Pierre-Yves   MAILLARD    (socialiste)   et   sa collègue   au   gouvernement,   responsable   des   institutions   et   de   la   sécurité,   Béatrice   MÉTRAUX    (Les   Verts) tolèrent   tacitement   ce   crime   judiciaire.   C’est   qu’ils   sont   Francs-Maçons.   Les   3   représentants   des   radicaux   au Conseil   d’Etat   sont   également   des   illuminés.   Le   plus   dangereux   d’entre   eux   est   probablement   Philippe   LEUBA (Zofingien   et   ROTARY) .   Le   petit   entrepreneur   Gil   BEURET/La   Fourmi   raconte   comment   il   a   été   carrément menacé par cet individu, suite à ses démêlés avec la mafia vaudoise. Pascal   BROULIS   a   été   mis   à   maintes   reprises   au   courant   des   irrégularités   fiscales   du   requin   de   l’immobilier Patrice   GALLAND .   Il   aurait   dû   intervenir   dans   l’intérêt   de   l’Etat.   Il   est   resté   muet.   Des   députés   vaudois   de gauche   expliquent   cette   inaction   par   l’intérêt   du   parti   radical   d’avoir   des   financiers   occultes   –   GALLAND   est   donc probablement un donateur du PLR, récoltant en retour l’indulgence fiscale. Le   Président   du   gouvernement,   Pierre-Yves   MAILLARD,   socialiste   et   Franc-Maçon,   ferme   à   son   tour   les   yeux, profitant des arrangements obtenus pour sa clientèle. La   Conseillère   d’Etat   radicale   Jacqueline   DE   QUATTRO    n’est   pas   seulement   membre   de   la   Franc   Maçonnerie. En   tant   qu’avocate,   elle   est   bien   renseignée   sur   les   dysfonctionnements   de   l’appareil   judiciaire,   mais   jamais   on n’a entendu la moindre critique de sa part. Et   les   deux   membres   du   collège   régnant   restants   ?      Pour   Nuria   GORRITE   (socialiste),   elle   est   irradiée   par   sa relation intime avec le Franc-Maçon Olivier FELLER (Conseiller national radical). Quant   à   Anne-Catherine   LYON ,   socialiste,   elle   vient   d’être   poussée   à   la   sortie   par   mobbing.   Manifestement,   elle n’a pas eu d’assises au sein de l’oligarchie occulte. La    succession    de    Madame    LYON    laisse    entrevoir    que    les    candidats    sont    également    des    Francs-Maçons présumés: -  Pour élire le Franc-Maçon corrompu Bertrand SAUTEREL  au poste de juge cantonal, la socialiste    Fabienne FREYMOND CANTONE  l’a présenté le 13 mai 2008 comme « répondant le mieux aux    critères de sélection, tels que l’honnêteté intellectuelle ». Aujourd’hui, FREYMOND CANTONE estime    quel’oligarchie occulte lui doit en retour son élection au gouvernement vaudois. -  Le 30 avril 2016, j’ai envoyé à tous les députés vaudois une pétition, contenant un dossier du    dysfonctionnement judiciaire. Par courrier du 19.05.2016, la Présidente du Grand Conseil socialiste,    Roxane MEYER KELLER  a sabordé cette démarche en prétextant qu’elle contenait des « termes    inconvenants ». Elle aussi pense avoir mérité le soutien des frères et sœurs pour s’installer sur le    perchoir du pouvoir. -  Le petit entrepreneur Gil BEURET/La Fourmi a soumis son dossier à Isabelle CHEVALLEY    (Conseillère national vert-libérale). Celle-ci lui a retourné ses pièces, prétendant n’avoir rien découvert    d’irrégulier. CHEVALLEY pense donc qu’autant d’aveuglement en faveur de la «Cosa nostra vaudoise»    peut également lui valoir cette promotion. Jacques NICOLET  ( UDC ) a déjà profité dans le passé du soutien de ses frères Francs-Maçons, car ils     l’ont élu Président du Grand Conseil en 2014. Quand sa ferme a été détruite par un incendie, l’ECA a     pris en charge l’indemnité sans faire d’histoires. Il semble que tout le village de Lignerolle VD avait     perçu les odeurs de fermentation du foin. NICOLET se sent donc également soutenu par les siens. -  L’autre UDC , le syndic de Baulmes, Julien CUÉREL  est d’un niveau intellectuel plutôt modeste; sa    loyauté aveugle envers l’appareil judiciaire le rend aussi suspect d’être frère Franc-Maçon. En tout cas,    il se sent digne d’être élu au poste de Conseiller d’Etat. Pour la situation au niveau national, je me réserve d’y revenir en profondeur dans un ouvrage futur. VI. Le crime crapuleux couvert par les Francs-Maçons Il   est   sûr   et   certain   que   l’incendie   de   la   ferme   de   Jakob   GUTKNECHT   n’a   pas   été   causé   par   la   fermentation   du foin. Il faut donc chercher ailleurs. Les   seules   vérifications   sérieuses   entreprises   en   l’espèce   par   les   enquêteurs,   dans   le   but   d’accabler   Jakob GUTKNECHT,   les   ont   amenés   à   exclure   la   foudre   et   le   court-circuit   électrique   comme   causes   du   sinistre.   Par contre,   KOLLY   et   ses   complices   ont   faussé   l’enquête,   en   ne   tenant   compte   ni   de   la   déclaration   de   Jakob GUTKNECHT   ayant   vu   le   début   de   l’incendie   dans   le   canal   d’aération   de   l’écurie,   ni   des   témoignages   citant   une détonation. Le crime crapuleux a donc été exclu d’office. A qui a profité ce crime ? Johann   GUTKNECHT,   le   frère   de   Jakob   a   calculé   que   Claude   BUDRY   a   profité   d’un   total   d’indemnités d’assurances de CHF 2'103'685.10. Voir Décompte escroquerie. Mais   il   n’a   jamais   fait   l’objet   du   moindre   soupçon   de   la   part   de   la   mafia   vaudoise.   Jakob   GUTKNECHT   a   signalé que   Claude   BUDRY   avait   perforé   le   mur   mitoyen   séparant   les   deux   propriétés,   3   jours   avant   l’incendie,   au moment   de   la   traite   des   vaches   du   mercredi   soir   (28.08.2002).   Deux   de   ces   perforations   ont   abouti   dans le   canal   d’aération   de   son   écurie…   au-dessus   de   la   dalle   de   l’écurie.   Le   troisième   trou   se   situait   environ   3 m   plus   loin,   à   la   même   hauteur,   vers   l’ouest.   Les   trous,   côté   canal   d’aération,   sont   bien   visibles   sur   les   photos suivantes. L’expertise   LAVOUÉ   discute   la   probabilité   du   crime   crapuleux   aux   pages   14   à 16   –   voir:   2010-10-19   Expertise   Lavoué ,   avec   photos   à   l’appui.   LAV OUÉ remarque   l’impact   thermique   du   «   clean   burn   »   (la   grande   chaleur   d’une explosion    d’hydrocarbure    qui    a    consommé    la    suie),    laissant    des    taches blanches   visibles   à   l’endroit   où   Jakob   GUTKNECHT   a   découvert   le   départ   de l’incendie. Sentant    la    partialité    des    enquêteurs,    GUTKNECHT    n’a    pas    osé    parler ouvertement   de   ses   soupçons.   Il   jugeait   plus   prudent   de   démontrer   la   réalité aux   inspecteurs   de   la   Sûreté,   en   les   guidant   et   les   aidant   par   des   précisions concrètes,   pour   qu’ils   découvrent   eux-mêmes   le   pot   aux   roses.   Ceux-ci   sont restés   sourds.   On   lui   répondait   qu’il   avançait   des   gamineries   ou   qu’on   travaillait   ave c des   méthodes   modernes.   Ou   encore,   on   lui   disait   carrément   qu’ils   avaient   ordre   de prouver que la fermentation du foin était à l’origine du sinistre. La   photo   à   gauche,   prise   par   un   villageois,   prouve que   la   première   fu e   était   noire   au   départ   du   feu,   signifiant   que   cette couleur   de   fumée   peut   être   due   à   la   combustion   d’un   hydrocarbure   (page 14   expertise   LAVOUÉ.   BUDRY   a   pris   soin   de   faire   disparaître   la   photo originale, mais de bonnes photocopies sont restées en circulation. Il   est   expliqué   encore   en   page   12   de   la   même   expertise,   «   qu’il   faut   que   le fourrage   atteigne   une   température   supérieure   à   250°   C   pour   avoir   un risque   d’auto-ignition.   A   cette   température,   la   grange   aurait   été   une fournaise   et   l’occupant   ainsi   que   les   animaux   auraient   nécessairement ressenti une chaleur anormale » . Au   surplus,   Jakob   GUTKNECHT   avait   signalé   avoir   vérifié   les   températures   de   ses   bottes   jusqu’à   environ   une semaine avant la survenance de l’incendie. Il avait relevé des valeurs inférieures à 33°C. Après   l’incendie,   Jakob   GUTKNECHT   a   signalé   ses   observations   à   des   experts   de   l’EPFL,   les   docteurs   Marcos RUBINSTEIN et Rachidi MAÎTRE. Ces scientifiques étaient disposés à examiner les lieux du crime. Preuve : 2006-04-12   EPFL .   Mais   Jacques   ANTENEN    (à   cette   époque-là   juge   d’instruction   cantonal)    ne   leur   a   pas permis   d’intervenir.   Pour   ces   spécialistes,   l’origine   de   cet   incendie   ne   faisait   pas   de   doute,   car   ils   ont posé les bonnes questions à GUTKNECHT. Jakob   GUTKNECHT   a   aussi   fouillé   à   l’endroit   où   il   a   vu   le   feu   prendr e   son   départ. Sous   le   trou   solitaire,   au   niveau   de   la   dalle,   il   a   trouvé   sous   de   la   paille   qui n’avait   pas   brûlé,   un   amas   de   gravats,   et   dessous   un   objet   métallique   suspect. Ayant   servi   comme   mineur   dans   l’armée,   il   était   sûr   d’avoir   découvert   le   détonateur. D’ailleurs   la   fonction   de   ce   trou   était   de   faire   propager   l’incendie   à   travers   le   mur coupe-feu   à   l’intérieur   du   bâtiment   de   BUDRY,   alors   que   les   habitations   du   côté   des GUTKNECHT restaient partiellement épargnées. Les   GUTKNECHT   ont   envoyé   ce   présumé   détonateur   (photo   voir   ci-dessous)   au Laboratoire   Central   de   la   Préfecture   de   Police   (LCPP),   Département   Déminage   et Interventions   à   Paris.   Ils   ont   commis   l’imprudence   de   donner   trop   de   détails   de   leur   cas.   Il   faut   savoir   que   les services   de   police   des   pays   européens   entretiennent   des   contacts   étroits   entre   eux.   En   tout   cas,   un   nommé Daniel   LAMIRAUX   du   LCCP   a   conclu   le   13.04.2007   qu’il   «   paraît   peu   probable   que   ce   dispositif   soit   à   l’origine d’un   incendie   ».   Il   a   omis   de   préciser   ce   que   cet   objet   pouvait   bien   être.   On   voit   que   la   Franc-Maçonnerie   a   le bras long. Pour eux, il n’y a pas de frontières nationales. Tout    ceci,    en    combinaison    avec    les    témoignages    parlant    d’une    explosion    et    d’une    fumée    noire    (comme l’inflammation   d’un   hydrocarbure   la   provoque),   ne   laisse   plus   de   place   au   hasard   :   il   y   a   eu   crime   crapuleux, couvert    par    les    Francs-Maçons    pour    avantager    illicitement    l’un    des    leurs,    aux    dépens    du    paysan    Jakob GUTKNECHT. Puisque   les   tricheurs   KOLLY   et   consorts   ont   omis   de   soumettre   l’emplacement   du   départ   du   foyer   de   l’incendie   à un   examen   chimique,   pour   prouver   l’emploi   d’un   hydrocarbure   ayant   déclenché   l’incendie,   il   sera   difficile,   plus   de 14 ans après les faits, de confondre formellement le coupable de ce crime crapuleux. Aujourd’hui,    la    santé    de    Jakob    GUTKNECHT    est    ruinée.    Pour    sauver    son    bétail,    ses    poumons    ont    été irrémédiablement   endommagés   par   la   fumée   et   son   cœur   en   a   pris   un   coup.   Il   vit   dans   une   pauvreté   que   nos concitoyens suisses contemporains ne peuvent même pas imaginer. Le   crime   judiciaire   subi   par   Jakob   GUTKNECHT   est   l’œuvre   d’un   complot   Franc-Maçon.   Du   coup,   j’ai compris   que   beaucoup   de   dysfonctionnements   judiciaires   sont   le   résultat   des   actions   de   cette   oli garchie occulte. Ils osent ! Sans scrupules ! VII. Comment venir à bout des pouvoirs occultes ? Le   Citoyen   qui   n’a   pas   enduré   les   magouilles   des   pouvoirs   de   ce   pays,   peine   à   y   croire.   La   Suisse   offre   pour   le Citoyen   moyen   un   encadrement   de   bien-être   inégalé.   Hélas,   nos   chers   concitoyens   se   trompent   s’ils   pensent d’être   à   l’abri   du   broyage   judiciaire.   Selon   mes   estimations   prudentes,   ce   pays   produit   actuellement   au   moins 6'000   victimes   judicaires   par   an,   soit   80   x   6'000   =   480'000   victimes   accumulées   pendant   la   durée   d’espérance   de vie   moyenne   d’une   personne,   actuelle   de   80   ans.   Cette   tendance   est   en   nette   augmentation.   Ce   nombre   de personnes    représenterait    donc    plus    de    5%    des    habitants,    dans    l’hypothèse    où    la    population    et    les dysfonctionnements   stagneraient.   Autrement   dit,   1   habitant   sur   20   risque   d’être   happé   à   un   degré   variant   d’une bûche jusqu’à une incarcération injustifiée. Evidemment,   ce   sont   ceux   qui   ont   déjà   été   broyés   par   la   machine   emballée   qui   réfléchissent   le   plus,   pour   savoir comment   prévenir   ces   désastres   humains.   Moi-même,   je   ne   suis   pas   adepte   de   production   de   nouvelles   lois, pensant   qu’on   peut   très   bien   vivre   en   faisant   appliquer   les   lois   existantes.   Pour   cela,   il   faut   soumettre   le   pouvoir judiciaire à une surveillance de l’extérieur, exercée par des non-juristes. D’autres   victimes   pensent   qu’il   faut   changer   la   loi.   Le   petit   entrepreneur   Gil   BEURET,   victime   de   l’oligarchie occulte vaudoise, et actuellement incarcéré, propose d’inscrire dans une loi fédérale : - Interdiction de siéger dans les conseils d’administration des sociétés privées dès l’élection à un poste   équivalant à la municipalité ou autre exécutif, idem pour la nomination pour un organisme d’Etat tel   que police du commerce, service des eaux, police des constructions; - Sur le plan fédéral, la règle selon laquelle l’interdiction pour les fonctionnaires de se faire élire membres   des Chambres fédérales, doit être réactivée selon les dispositions de l’ancienne Constitution fédérale. - l’interdiction des sociétés et fondations à capitaux mixtes (Etat / sociétés privées); - l’obligation pour les élus et les magistrats de dévoiler leur appartenance à des sociétés secrètes :   francs-maçons, clubs de services comme Rotary, Lions Club, Kiwanis, Zofingiens, etc.* - obligation de transparence du financement des partis politiques. La   combinaison   des   deux   approches,   soit   le   contrôle   de   la   magistrature   de   l’extérieur   et   une   nouvelle   législation appropriée, sont compatibles et concevables, et permettraient de stopper l’hécatombe actuelle. * Avis de Michèle HERZOG : La transparence concernant les liens avec la Franc-Maçonnerie et les clubs de service devrait être obligatoire : • Pour les procureurs, pour les juges mais aussi pour les experts. • Pour les avocats et pour les notaires. • Pour tous les fonctionnaires. • Pour tous les politiciens. • Et pour toutes les personnes impliquées dans un procès. Les   Citoyens   doivent   pouvoir   savoir   rapidement   si   tel   avocat,   tel   notaire,   tel   expert,   tel   magistrat,   tel   fonctionnaire, tel   politicien,   est   Franc-Maçon   et   de   quel   club   de   services   il   fait   partie.   Et   cela   surtout   avant   les   votations   ou   au début d’une procédure judiciaire ou administrative.   Cette   transparence   doit   être   rétroactive   pour   que   l’on   puisse   savoir   exactement   quels   Francs-Maçons   se   sont concertés pour que la vérité ne soit jamais recherchée dans certaines affaires ces 20 dernières années. Marc-Etienne BURDET présente ses idées dans une requête adressée le 23 mai 2015 au Conseil Fédéral www.worldcorruption.info/index_htm_files/fm_55_23-05-2015.pdf
Points V à VII de l’index
Claude BUDRY
i Bien qu’il ait conclu que BUDRY avait déjà été pleinement indemnisé par l’ECA, l’avocat Franc-Maçon Eric HESS (fils d’un ancien bâtonnier et président du Grand Conseil genevois) a pris soin, en sa qualité de membre du Conseil d’administration de la Zurich assurances, d’obtenir que celle-ci verse encore CHF 280'000 à son client BUDRY. Toujours conscient que mes connaissances sont objectivement modestes, on conclura que le Tribunal cantonal vaudois est devenu une pépinière de malfrats, agissant en bande organisée. Cet état de délabrement de l’ordre judiciaire ne s’explique que par l’existence bien réelle d’une oligarchie occulte : la Franc-Maçonnerie et ses organes affiliés, c’est-à-dire les Clubs de service, tels que le Rotary, le Lions Club, le Kiwanis, etc. Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir
Jakob GUTKNECHT Victime d’un crime crapuleux, il se fait condamner pour couvrir les abus d’autorité de fonctionnaires qui évoluent dans le crime organisé en bande avec le cautionnement de l’Etat
Gerhard ULRICH
cliquer pour agrandir