Panama Papers
© Site officiel pour la prise de contrôle de l’économie financée par les royalties FERRAYÉ - 2019
Worldcorruption.info
Pierre MOTTU
Notaire à Genève Pierre MOTTU était l’Associé du Notaire du Gouvernement Français Eric DE LA HAYE-ST HILAIRE. Après la séquestration des royalties escroquées dans un premier temps par les associés et mandataires de Joseph FERRAYÉ, c’est à l’Etude MOTTU que toutes les conventions et ordres de virements ont été établis et certifiés conformes Pierrre MOTTU a fait condamner Marc-Etienne BURDET pour calomnie, pour avoir dénoncé le crime qu’il avait commis. Les juges Francs-Maçons ont suivi les ordres de leur “Frère”.
La principale société offshore créée pour prendre le contrôle des royalties FERRAYÉ escroquées, était :  Wildrose Investors Group Inc. c/o Mossack Fonseca & Co Arango-Orillac Bldg, 2nd Floor East 54th Street - Box 8320 Panama 7 - Republic of Panama WILDROSE Investors Group Inc.  Panama   ( voir Sociétés écrans ) Constitution : WILDROSE a été constituée le 11 avril 1995 par ELF société contrôlée par le Gouvernement français. But : Collecter les fonds et restituer les Droits de Joseph FERRAYE sous contrôle de ELF et du Gouvernement français Président : GHISLAIN Jean-Marie, citoyen belge domicilié à Bruxelles -   agissait pour le compte de Patrick CHAMARRE homme de paille   de Charles PASQUA (F) Apostille  : Notaire Pierre NATURAL à Genève /   Collaborateur du Notaire Pierre MOTTU Banque : Société de Banque Suisse Genève -Cpte USD CO-633.374 Credit Suisse Zürich - Cpte N° 9835-699259-42 Adresse CH : Dr. C. Marc BRUPPACHER, Avocat, Zollikerstrasse 58,   CH-8702 Zollikon/ZH
BernLeaks
Panama Papers
Les révélations d’une escroquerie gigantesque en 1992 de quelque USD 3’000 milliards
Plainte pénale du 10 avril 2016  adressée à la Présidente du Conseil National   Christa MARKWALDER Les principaux acteurs de l’escroquerie : Dans   une   audition   du   19.11.2002 ,   le   Notaire   Eric   DE   LA   HAYE-ST-HILAIRE   déclarait   qu’il   était   est   l’initiateur, avec   LE   MAZOU,   des   cessions   de   droits   litigieux   sur   la   base   desquelles   ont   été   établies   les   conventions   1ère   et 2e   versions.   ST-HILAIRE   et   LE   MAZOU   (selon   son   audition),   ont   alors   proposé   de   nommer   WILDROSE      comme entité   tierce,   comme   récipiendaire   des   fonds…   Or,   WR   ou   WILDROSE   INVESTORS   GROUP   INC.   était   une Société   appartenant   à   ELF    et   proposée   par   les   réviseurs   ATAG   Ernst   & Young AG …   C’est   au   travers   de   Patrick CHAMARRE,    condamné    dans    l’affaire    ELF,    que    WILDROSE    a    été    mise    en    service,    permettant    ainsi    aux commanditaires   du   complot,   de   reprendre   le   contrôle   sur   les   fonds   qui   étaient   séquestrés,   après   avoir   blanchi   les comptes   par   les   cessions   de   droits   que   MOTTU   avait   fait   signer   à   FERRAYE.   Eric   DE   LA   HAYE-ST   HILAIRE déclare   en   outre   dans   son   audition   tardive    du   19   novembre   2002   qu’après   cession   des   droits   par   FERRAYE   en faveur   de   WILDROSE,   donc   de   ELF   (gouvernement   français   corrompu),   les   notaires   LE   MAZOU,   ST-HILAIRE, MOTTU    et    l’avocat    BRUPPACHER    ,ont    négocié    avec    les    Escrocs    de    la    première    heure,    les    associés    de FERRAYE   –   BASANO,   COLONNA,   TILLIE   et   ses   mandataires   GEBRANE,   HOBEICH   et   REBOURS   pour   leur faire   abandonner   «   des   pourcentages   des   montants   encaissés   »   dont   MOTTU   et   BRUPPACHER   étaient   les séquestres…   Il   est   précisé   :   «   Dans   un   premier   temps,   les   montants   sont   restés   bloqués   soit   chez   Me MOTTU   soit   chez   Me   BRUPPACHER    correspondant   de   Me   LE   MAZOU,   jusqu’à   ce   que   FERRAYE   retire   sa plainte   en   France   »   ( pièce   069 ).   Par   cette   déclaration,   ST-HILAIRE   dénonce   aussi   que    les   comptes   séquestrés par   BRUPPACHER   et   MOTTU,   étaient   à   ce   moment-là   aussi   saisis   par   le   Parquet   de   Genève.   ST-HILAIRE accusait   ainsi   directement   les   magistrats   BERTOSSA   et   KASPER   ANSERMET   et   consorts    qui   avaient saisi tout le dossier le 6 février 1996, d’être directement les auteurs des crimes qu’ils jugeaient … !!! Ces   accusations   directes   protocolées   et   signées   par   la   présidente   du   collège   des   juges   de   Genève,   contre   les magistrats    genevois    et    leurs    complices    BONNANT,    WARLUZEL,    MOTTU,    BRUPPACHER    et    consorts,    ont poussé   ces   derniers   à   commanditer   l’assassinat,   2   mois   plus   tard,   de   LEVAVASSEUR   qui   avait   réussi   à   maîtriser ST-HILAIRE et JUNOD. Complicité active de la Confédération Helvétique Dans   un   Etat   de   Droit,   le   comportement   des   acteurs   de   ce   Crime   Organisé   en   bande   ne   devrait   pas   pouvoir   se produire. Si   tel   a   été   les   en   Suisse   et   à   Genève   en   particulier,   la   cause   est   due   à   la   complicité   active   des Autorités   suisses. C’est   la   complicité   au   niveau   du   Gouvernement   et   du   Parlement   suisse,   au   sein   des   deux   Chambres   fédérales, mais aussi au niveau de l’Institution judiciaire, qui a permis l’impunité de tous les criminels. La    Plainte    pénale    du    10    avril    2016     adressée    à    la    Présidente    du    Conseil    National     Mme    Christa MARKWALDER    à   Berne,   est   significative   de   la   corruption   de   toutes   les   Institutions   fédérales.   Ce   courrier démontre   que   la   Secte   de   la   Franc-Maçonnerie   a   complètement   “cancérisé”   les   Institutions   fédérales   suisses   qui ne sont plus qu’une Organisation du Crime au sein même de l’Etat. Sachant   que   la   Suisse   est   l’une   des   principales   places   financières   au   monde,   les   investisseurs   doivent prendre   conscience   que   leurs   capitaux   sont   détenus   en   fait,   par   le   Crime   Organisé   en   bande   et   que   les   Organes de   contrôle   du   Pays   dans   lequels   sont   déposés   ces   fonds,   font   partie   de   la   même   organisation   criminelle ...   Il   y   a vraiment de quoi avoir peur ! Bref aperçu du fonctionnement CORROMPU de l’Etat suisse : Jean-Luc   VEZ ,   Chef   de   la   Police   Fédérale   (voir   dossier   FedPol ),   a   dissimulé   les   preuve   de   l’escroquerie pour   que   Joseph   FERRAYÉ   ne   les   obtienne   pas.   Il   les   a   transmises   au   Procureur   général   de   Genève Bernard BERTOSSA, en sachant qu’il était le complice de l’escroquerie.. Bernard   BERTOSSA ,   Procureur   général   de   Genève   et   détenteur   des   pièces   transmises   par   Jean-Luc VEZ,  a levé le séquestre des royalties au profit de criminels. Pierre   MOTTU,    Notaire   à   Genève   a   établi   des   conventions   en   faveur   de   sociétés   offshore   ( Mossack Fonseka ) pour spolier Joseph FERRAYÉ. Michael   LAUBER    au   service   de   la   Police   Fédérale   suisse   (FedPol)    lors   de   l’escroquerie   des   royalties, avant   d’être   nommé   r esponsable   des   Offices   centraux   chargés,   au   niveau   fédéral,   de   la   poursuite   du crime organisé et du blanchiment d’argent où il a été actif jusqu’en 2000... En   2011,   il   a   été   nommé   Procureur   général   de   la   Confédération   suisse,   après   avoir   suivi   toute   la filière du blanchiment des royalties...   Stephan   BLÄTTLER ,    collaborateur   -   à   l’époque   des   faits   -   de   Ernst   &   Young   à   Zürich ,   qui   a   créé   la Société   WILDROSE   c/o   Mossack   Fonseka    (voir   aussi   lien   Pierre   MOTTU   -   Mossack-Fonseka)   est nommé Juge au Tribunal Pénal Fédéral  et rejette toutes les plaintes que nous déposons.   B ernard BERTOSSA  (nouvelle affectation) qui était Procureur général à Genève lors de l’escroq uerie   et   qui   a   levé   le   séquestre   des   fonds,   est   nommé   juge   au   Tribunal   Fédéral   de   2002   à   2007    lors   des plaintes déposées par Joseph FERRAYÉ. 2007    correspond   aussi   à   l’année   de   l’intrônisation   du   fiston   - Yves   BERTOSSA   -   en   qualité   de   Substitut   du Procureur   général   de   Genève…   Bernard   BERTOSSA   ayant   quitté   la   «magistrature»   suisse,   les   crimes pourront   continuer   à   être   bien   gardés   sous   silence   avec   l’intrônisation   de   son   fils.   Pour   laisser   croire   à   un semblant   de   justice,   souvenons-nous   de   l’amende   insubstantielle   de   CHF   40   millions    infligée   à   HSBC alors   que   cette   banque   a   contribué   à   blanchir   l’escroquerie   des   centaines   de   milliards   des   royalties FERRAYÉ… Dossier MoneyPlane « 4000 milliards d'euros d'argent sale » Pour   la   petite   histoire,   le   1er   octobre   1996,    Denis   Robert   avait   réuni   sept   grands   magistrats   anti- corruption    –   Bernard   Bertossa   (il   ignorait   probablement   la   réelle   personnalité   de   l’individu) ,   Edmondo Bruti   Liberati   (IT),   Gherardo   Colombo   (IT),   Benoît   Dejemeppe   (BE),   Baltasar   Garzon   Real   (ES),   Carlos Jimenez   Villarejo   (ES),   Renaud   Van   Ruymbeke   (F)   –   pour   lancer   l'Appel   de   Genève   pour   un   espace judiciaire européen. Cet appel fait l'objet d'un livre de Denis Robert La justice ou le chaos . L'histoire    commence    en    février    2001,    quand    sort    le    livre    de    Denis    ROBERT    et    d'Ernest    BACKES, Révélation $   (éd.   Les   Arènes).   Il   explique   comment   la   société   privée   CLEARSTREAM   a   organisé   une comptabilité   parallèle   (des   comptes   «   non   publiés   »)   qui   enregistre   des   transferts   financiers   internationaux en partie douteux. Page 136  du mémoire FERRAYÉ . CLEARSTREAM   est   une   chambre   de   compensation   internationale   :   elle   permet   aux   grandes   banques d'échanger   des   actions   et   des   obligations   sans   avoir   à   se   les   envoyer   par   la   Poste,   comme   cela   se pratiquait   encore   dans   les   années   60.   Pour   cela,   chaque   client   dispose   d'un   compte   qui   est   crédité   ou débité en fonction de ses achats et de ses ventes de titres. Une   partie   des   comptes   non   publiés   sert   à   résoudre   des   problèmes   techniques   pour   les   échanges financiers entre des banques et leurs filiales. Mais les autres permettent de faire circuler de l'argent sale. La   justice   luxembourgeoise   (Jean-Claude   JUNKER   Président   de   la   Commission   Européenne   était   alors Ministre   des   Finances   avant   d'être   Premier   Ministre)   a   ouvert,   le   11   mai   2001,   une   information   judiciaire contre   les   dirigeants   de   CLEARSTREAM,   notamment   pour   blanchiment.   Le   15   mai   2001,   A ndré   LUSSI, son   président   (ex   UBS   SA),    et   deux   autres   hauts   dirigeants   ont   été   suspendus   de   leur   fonction   par   le conseil d'administration de la société. La   justice   luxembourgeoise   s'est   décidée   à   agir   après   qu'un   nouveau   témoin   a   apporté   des   informations capitales.    Non    seulement    il    confirme    les    révélations    du    livre,    mais    il    indique    qu'environ    15    %    des transactions   passeraient   par   la   comptabilité   occulte.   Comme   CLEARSTREAM   a   passé   un   total   de   50   000 milliards    d'euros    de    transactions    en    2000,    cela    correspond    à    7    500    milliards    d'euros.    Si    la    moitié seulement   concerne   des   opérations   douteuses,   cela   fait   pratiquement   4   000   milliards   d'euros   d'argent sale,   le   double   de   toutes   les   estimations   connues   jusqu'à   présent.   Sans   compter   ce   qui,   éventuellement, peut   passer   par   EUROCLEAR,   le   principal   concurrent   de   CLEARSTREAM,   et   par   le   système   SWIFT,   par lequel transitent les transferts internationaux d'argent liquide. On   sait   désormais   que,   dès   1992,   de   grandes   banques   connues,   en   France,   en   Hollande,   en   Allemagne, en   Suisse   et   au   Royaume-Uni,   ont   eu   recours   à   ces   comptes   non   publiés.   Et   même   des   multinationales, alors   que   le   système   est   a   priori   réservé   aux   établissements   financiers.   A   quelles   fins   ?   On   aurait   espéré que   la   justice   ne   se   soit   pas   contentée   de   faire   tomber   quelques   têtes   et   qu'elle   aurait   demandé   à   ces grandes entreprises de s'expliquer ». Il fallait être naïf pour y croire… L’ouvrage   «   Révélation $    »    de   ROBERT   et   BACKES   a   tenté   de   prouver   que   ces   sociétés   servent   à masquer   les   flux   financiers   qu’ils   soient   licites   ou   criminels. A   l’origine   ces   comptes   qui   n’apparaissent   pas dans   les   documents   officiels,   devaient   obligatoirement   être   des   subdivisions   d’autres   comptes   déclarés. Mais   selon   les   auteurs,   CLEARSTREAM   s’est   mis   à   ouvrir   de   tels   comptes   fantômes   pour   des   clients occultes, multinationales, filiales de grandes banques établies dans les paradis fiscaux, etc. L’autre   révélation   du   livre   précité   est   que   le   transfert   électronique   de   FAXMONEY   l'argent   virtuel,   laisse des   traces.   Il   est   même   tout   à   fait   indispensable   qu’il   en   laisse   pour   éviter   tout   litige   entre   deux   clients.   Les auteurs    ont    même    pu    mettre    la    main    sur    des    milliers    de    microfiches    qui    livrent    dans    le    détail    les mouvements   enregistrés   par   CLEARSTREAM.   Cela   leur   permettrait   d’éclairer   l’histoire   secrète   de   faits aussi   célèbres   que   l’IRANGATE   le   scandale   du   BANCO   AMBROSIANO   la   faillite   retentissante   de   la banque    pakistanaise    BCCI    (UBS    y    était    associée)    la    débâcle    du    CREDIT    LYONNAIS    ou    les détournements   de   FONDS   DU   KREMELIN.   Mais   le   plus   gros   détournement   qui   restera   dans   l’histoire   sera celui des milliers de milliards volés à FERRAYE ! Si   à   l’époque   la   «bombe»   que   constituait   Révélation $    n’a   pas   explosé   et   n’a   pas   convaincu,   ce   n’est   qu’au   fait   que   Denis   ROBERT   ne   détenait   pas   tous   les   éléments.   Ernest   BACKES   voulait   garder   les comptes   FERRAYE   pour   monnayer   son   dossier,   ce   qu’il   a   fait   en   2002   en   contactant   FERRAYE   pour   lui remettre   copie   des   comptes.   Quand   il   a   constaté   qu’il   perdait   toutes   ses   chances   de   toucher   sa   part,   s’il s’opposait    au    procureur    corrompu    BERTOSSA    de    Genève    qui    se    faisait    passer    pour    un    magistrat   «   anticorruption   »,      BACKES   s’est   alors   fait   corrompre   avec   son   ami   et   associé André   STREBEL   de   IWR   à Saarbrücken D'autres détails à partir du  point 117 du   mémoire FERRAYÉ . La    Presse,     sous    contrôle    Franc-Maçon,    encense    et    blanchit    l’image    de    Bernard    BERTOSSA    en    le présentant   comme   le   Procureur   anti-corruption   (sic!) ,   qui   avait   organisé   l’Appel   de   Genève    contre   la corruption cité plus haut, alors qu’il participait parallèlement activement à l’escroquerie. Marc BRANSON    PLR   Directeur   depuis   2010   de   la   FINMA ,   autorité   de   surveillance   financière   en   Suisse, a   suivi   toute   la   filière   du   blanchiment   des   royalties.   Depuis   son   activité   c/o   CREDIT   SUISSE    à   Londres,   au moment   où   le   séquestre   sur   les   royalties   a   été   levé   et   que   l’opération   de   blanchiment   a   débuté.   Il   a poursuivi   son   activité   au   sein   de   SBC   Warburg   (UBS)   dès   1997   pour   rejoindre   ensuite   le   siège   d’UBS   à Zürich. M icheline   CALMY-REY   (ex   Ministre   suisse   des   Affaires   étrangères)   avait    repris   le   Dépt   des   Finances du   Canton   de   Genève   en   1997   après   la   levée   des   séquestres   par   Bernard   BERTOSSA,   au   moment   où   les nouveaux   escrocs   transféraient   les   fonds   en   leur   faveur   et   débutaient   le   blanchiment .   Pierre   MOTTU Notaire   avait   déclaré   dans   une   audition   du   03   avril   1996    (page   4)    que   les   droits   d’enregistrement s’élevaient à 20 à 22 millions en faveur de l’Etat de Genève. La   comptabilité   de   l’Etat   a   assurément   été   faussée   pour   faire   disparaître   toute   trace   de   ces   droits.   Dans dans   un   courrier   du   28   janvier   2005    adressé   à   la   Cheffe   du   Département   de   Justice   et   Police,   Micheline SPOERRY   nous   soulevions   le   problème.   Micheline   SPOERRY   nous   répondait   le   31   janvier   2005 ,   que l’Etat   de   Genève   n’avait   jamais   rien   encaissé,   se   rendant   ainsi   complice   du   crime   commis.   Non   seulement les   Contribuables   genevois   ont   été   spoliés,   mais   il   en   est   de   même   des   Caisses   fédérales   auxquelles   ont échappé   l’Impôt   Fédéral   Direct…   Notons   qu’près   WARLUZEL   et   BONNANT,   Micheline   SPOERRY   avait reçu    la    Légion    d’Honneur    en    France,    assurément    pour    services    rendus,    sachant    que    c’est    par    le Gouvernement   français   que   les   contrats   pour   l’utilisation   des   brevets   FERRAYÉ   avaient   été   conclus,   à l’insu de l’inventeur...   Le   1er   janvier   2003,   soit   9   ans   plus   tard   et   sans   être   connue   des   membres   des   Chambres   fédérale , sans   aucune   expérience   de   la   politique   fédérale ,   l’assemblée   fédérale   l’a   nommée   au   poste   suprême   de Conseillère   fédérale ...   Ceci   dénote   à   quel   point   la   politique   suisse   est   corrompue    comme   l’a   déclaré   le vice-Président du PDC Dominique DE BUMAN… a été   inscrit   comme Administrateur   au   RC   de   l’ancienne   UBS   SA,   la      (SBG/UBS)   CH-020.3.923.521-9   le   8 août   1991.   Il   a   été   radié   deux   ans   plus   tard   le   1er   septembre   1993.   Cette   période   coïncide   exactement avec   celle   durant   laquelle   UBS   (comme   CREDIT   SUISSE,   les   banquiers   privés   suisses   et   d’autres), s’activaient   pour   faire   transiter   les   fonds   des   royalties   escroquées   en   centaines   de   milliards   de   dollars... Dans    son    documentaire    L’expérience    BLOCHER ,     le    Tribun    zurichois    communique    qu’il    avait    fait construire   117   usines    en   Asie   à   la   même   période.   Toujours   à   cette   époque,   il   siégeait   dans   la   société CH-020.3.929.046-1     Wunderly     Immobilien-     und     Verwaltungs     AG     à     Meilen.     Plus     tard     Mark BRUPPACHER ,   avocat   à   Zürich   qui   avait   la   signature   individuelle    pour   tous   les   virements   relatifs   aux transferts des fonds escroqués,  est entré comme administrateur dans cette même société... Johann    SCHNEIDER-AMMANN   ( PLR )   a   lui   aussi   siégé   au   Conseil   d’administration   de   la   SBG/UBS CH-020.3.923.521-9   où   il   a   été   inscrit   au   RC   le   1er   septembre   1993   et   n’a   pas   été   radié   avant   la dissolution   de   la   société   par   fusion...   Dès   lors,   la   société   JERFIN   basée   à   Jersey   GB   qui   a   été   active   de 1996   à   2009   et   aurait   géré   pour   le   AMMANN   Group   une   fortune   de   264   millions ,   a-t-elle   uniquement servi à de l’optimisation fiscale ? Quand je raconte cette histoire à mon chien, il se roule parterre...